L'hépatite D

Congrès AASLD : le point de vue d'un infectiologue

Le traitement du virus de l’hépatite B (VHB) connaît de nouveaux développements —inhibiteur de Core, inhibiteur d’assemblage de la capside, Inarigivir— encore loin des Phases III; les manifestations extra-hépatiques du VHB, suivent le bénéfice virologique, y compris les manifestations psychiatriques2.
D’autre part, est évoqué le fait que que traiter l'infection à VHB aigüe non grave augmenterait le risque de passage à la chronicité et que le risque de cancer diminue après cinq ans sous inhibiteur nucléotidique et chez les moins de 50 ans. 
Beaucoup de bruit aussi sur un possible traitement de l'hépatite Delta: le Myrcludex B est bien toléré et sans risque chez les patients HDV traités par ténofovir. Ce traitement est efficace puisqu'il permet une diminution de la charge virale et une amélioration de la fibrose évaluée par l'élastométrie. La durée de traitement et la possibilité d'association à d'autres traitements reste à déterminer. Un traitement de plus de 24 semaines semble nécessaire à 48 semaines, il  a été montré 50 % de charge virale delta indétectable.

novembre 2018

Lire la suite

La maladie

L’agent delta, mis en évidence en 1977 provoque l’hépatite D. C’est un virus incomplet, transmis par voie sanguine ou sexuelle (piqûre, transfusion, tatouage, piercing et contact sexuel non protégé) qui n’atteint que les personnes présentant une hépatite B chronique.
La présence du virus de l’hépatite B est en effet nécessaire pour que l’hépatite D puisse se développer. Il peut s’agir d’une co-infection (la personne s’infecte en même temps avec le virus B et le virus D) ou d’une surinfection (la personne est déjà porteuse du virus B et s’infecte plus tard avec le virus D). Cette hépatite touche de manière presque exclusive les personnes qui s'injectent des drogues. Dans 80 % des cas, l’hépatite D devient chronique et peut évoluer vers la cirrhose.

Lire la suite...

Témoignage d'un delta-man

Témoignage d’un Delta-Man, fait en 2005. Il est mort depuis de son hépatite delta, en 2010.
La Delta, ma pire ennemie
Mes trois virus (VIH, VHB, VHD) ont été dépistés en même temps, en 1991.

Lire la suite

D comme délaissée

L’hépatite virale Delta, D comme délaissée…
Les virus des hépatites B et D (Delta) sont responsables au niveau mondial de deux millions de décès chaque année. Si la population générale a déjà entendu parler des hépatites B et C, l’hépatite delta est quasi inconnue.
Les médecins et les firmes pharmaceutiques considèrent l’hépatite Delta comme un appendice de l’hépatite B(le virus D n'infecte que des personnes porteuses du virus de l'hépatite B), laissée de côté car elle touche relativement peu de personnes dans les pays nantis (essentiellement des toxicomanes et des homosexuels), en comparaison avec les hépatites B seule ou C. Il n'y a donc pas ou peu de recherches, de protocoles ni de réponse thérapeutique satisfaisante pour la D. 

Lire la suite

Quelques ressources biblio