Les addictions

Comorbidités psy, usage de drogue et VHC 

Le virus de l’hépatite C endommage le foie mais pas que.
Il provoque une surmortalité des sujets infectés à travers la survenue de cirrhose, de cancer du foie ou de maladie cardio-vasculaire mais pas que.
Les personnes vivant avec le VHC présentent plus souvent la maladie de PARKINSON que la population générale [1] mais pas que.
Le virus entraine également des troubles neurologiques dont des déficiences sélectives dans les domaines neurocognitifs de l'attention, de la concentration et de la mémoire de travail[2] et des risques de démence accrus.

Lire la suite 

EASL 2017 – Traitement des usagers de drogue

Les personnes usagères de drogue par voie intraveineuse IV (UDI) sont les principaux vecteurs de l’infection par le virus de l’hépatite C (VHC), c'est-à-dire qu’ils peuvent transmettre le VHC à d’autres UDI, par échange de seringues, mais aussi par le partage du petit matériel d’injection (cuillère, eau, coton). Il faut donc les traiter pour interrompre les transmissions. Mais de nombreux UDI se voient refuser le traitement contre le VHC, même s’ils sont sous traitement de substitution par opiacés (TSO). Des parcours de soins efficaces pour obtenir une réponse virologique soutenue (RVS) chez les UDI doivent être développés.
Des études sur le sujet ont été présentées à l’EASL 2017 à Amsterdam.

Lire la suite