La greffe

Sur la question spécifique de la greffe hépatique, vous pouvez prendre contact avec Transhépate, membre du CHV. 

La greffe solidaire

La greffe solidaire consiste à permettre à des personnes vivant avec le VIH de donner leurs organes à des personnes elles-mêmes porteuse du VIH.

L'Agence  de la Biomédecine a décidé d'inscrire la transplantation entre personne vivant avec le VIH dans son prochain plan quinquénal qui a commencé en 2017. Cela témoigne d'une volonté de cette dernière de faire augmenter le nombre de greffons disponibles en faisant, s'il le faut, bouger les lignes règlementaires. Cette transplantation devrait d'ailleurs être rendue possible à titre dérogatoire, comme cela a été le cas pour les transplantations d'organe VHC et VHB+.

Le CHV s'efforce de mobiliser les différents acteurs institutionnels sur le sujet pour que cette greffe soit rendue possible. Le directeur général de la santé a saisi en 2016 l'ANSM qui a mis en place d'un Comité Scientifique SpécialisteTemporaire (1er semestre 2017).

Pour participer au sondage et donner votre avis sur la greffe solidaire, c'est ici.

Devant un bilan à la fois positif (les progrès de la greffe et des immunosuppresseurs, les nouvelles molécules anti-VHC etc.) et négatif (la pénurie récurrente de greffons, le moins bon taux de survie des co-infectés), les membres du CHV et du TRT-5 veulent soutenir deux idées : la révision du score MELD, qui défavoriserait les co-infectés et la possibilité de pouvoir faire des greffes entre séropositifs, c'est-à-dire pouvoir prélever des organes sur des personnes séropositives décédées (et consentantes avant leur mort) et pouvoir les greffer à d’autres séropositifs ayant besoin d’une greffe (rénale, hépatique..).

Si vous souhaitez connaître les résultats du sondage fin 2016, c'est ici.

Don d'organes : "même une enflure peut sauver des vies"


Un clip décalé américain, qui retrace la vie de Coleman Sweeney, une belle "enflure" et rappelle avec humour noir l'importance du don d'organes.
"Voici l'histoire de Coleman Sweeney". C'est ainsi que démarre la vidéo. En dépeignant le quotidien d'un homme détestable et irrespectueux, ce clip surfe sur l'humour noir pour parler de don d'organes. Après la succession de comportements odieux, c'est à la mort inattendue et brutale de Coleman Sweeney qu'on apprend que cette "enflure" possède une carte de dons d'organes. "C'était le jour où Coleman est passé d'enflure... à héros" conclut ainsi la courte et drôle vidéo.
Plus de 21 000 personnes en attente d'une greffe en France
Derrière ce ton décalé se cache une campagne originale pour inciter au don d'organes. En effet, le nombre de donneurs d'organes reste insuffisant face à la demande. Ainsi, en France, malgré une augmentation de la quantité de greffes réalisées, le nombre de patients en attente d'un organe ou d'un tissu reste très élevé : plus de 21 000 personnes sont toujours en demande d'une transplantation et chaque année, 200 patients décèdent faute de recevoir un greffon à temps. L'Agence de la biomédecine rappelle par ailleurs que toute personne est un donneur d'organes présumé, à moins qu'elle ait clairement exprimé son opposition au don en s'inscrivant au registre national des refus (RNR).

Voir la suite

La greffe de foie liée aux hépatites

La multiplication du virus de l’hépatite C (VHC) ou B (VHB) dans le foie provoque peu à peu une fibrose (le foie devient de plus en plus dur), qui en s’aggravant arrive au stade de cirrhose (stade de fibrose avancée où le foie, organe qui épure le sang, n’arrive plus à fonctionner correctement car la circulation sanguine dans le foie est entravée). Une fois la cirrhose installée, deux grandes complications peuvent survenir : la décompensation et/ou le cancer du foie, le carcinome hépatocellulaire (CHC). La cirrhose peut empirer, plus ou moins vite et se décompenser, avec son cortège de complications dues à la mauvaise circulation du sang dans le foie : l’ictère (couleur jaune de la peau), l’ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen), l’hémorragie par rupture des varices œsophagiennes, l’encéphalopathie (confusion mentale transitoire due à l’accumulation de toxines que le foie n’arrive plus à éliminer) etc. C’est à ce stade que la greffe est faite, après le bilan pré-greffe, l’inscription sur une liste d’attente nationale et l’attente d’un greffon disponible. 

Lire la suite

Journée Nationale de réflexion sur le don d'organe : tous concernés

À l'occasion de la 17e Journée nationale de réflexion sur le don d'organes, ce 22 mai 2017, l'Agence de la biomédecine rappelle que nous sommes tous donneurs présumés, à moins de s'y être opposé de son vivant.

Lire la suite 

Légitimité des proches dans la décision de don d’organes : étude des représentations professionnelles en Île de France

Afin de faire face à une pénurie toujours plus importante, la législation a changé : le système repose désormais sur le consentement présumé selon des principes d’humanisme et de solidarité. Ainsi, toute personne décédée devient un donneur potentiel (sous réserve de validation des critères médicaux), à moins d’avoir clairement fait connaître sa position de refus par le biais d'un témoignage écrit en précisant les circonstances ou en s’inscrivant sur le registre national des refus de dons d'organes.

L’étude de Raphaëlle DAVID montre qu’à l’heure actuelle (année 2016), le taux de refus de don d’organe est de 33% dont les 2/3 sont attribuables aux proches. Or, si les professionnels de santé et notamment les coordinateurs de prélèvement d’organes et de tissu inscrivent leur activité dans le respect et le prolongement de la loi, il apparaît, dans les faits, qu’il leur est difficile de faire fi de l’accord de la famille et notamment en face d’un refus très marqué de celle-ci. D’où l’importance, pour chacun, de communiquer sur sa volonté de donner ses organes et de connaître le positionnement de ses proches.
 L’agir communicationnel est déterminant dans la décision des proches, bien plus que les considérations scientifiques. Les coordinateurs considèrent en effet qu’il est primordial de convaincre la famille, plus par une approche empathique que par des notions d’ordre médical.  
 

LG